Avant-propos

Au service de la croissance et de l’emploi

2016 aura été une année de tous les défis pour la CCI Paris Île-de-France.
Plus agile, plus proche des attentes des entreprises, la Chambre poursuit sa mutation avec une seule préoccupation : soutenir toutes les initiatives économiques propices au développement de la croissance et de l’emploi en Île-de-France.

L’optimisation du fonctionnement de nos écoles est aujourd’hui une nécessité si nous voulons prolonger et amplifier notre engagement dans le domaine de la formation.

Didier KLING Président de la CCI Paris Île-de-France

De nombreuses initiatives ont été engagées durant l’année écoulée...

La Chambre a poursuivi ses missions avec détermination en se fixant trois grandes priorités : la transformation de son appareil de formation, le développement de la croissance des entreprises et la dynamisation des territoires.

La CCI Paris Île-de-France est le 2e opérateur en France en matière de formation. L’optimisation du fonctionnement de nos écoles est aujourd’hui une nécessité si nous voulons prolonger et amplifier notre engagement dans ce domaine. En 2016, nous avons ainsi opéré des regroupements d’écoles autour de trois grandes filières : les éco-activités, l’industrie et la gastronomie-restauration. L’année a également été marquée par l’autonomisation d’HEC qui constitue un vrai tournant dans le développement de cette école et le rapprochement entre ESCP Europe et Novancia.

Nous avons également multiplié les initiatives pour encourager la compétitivité des entreprises de nos territoires et leur permettre d’accéder à de nouvelles opportunités de croissance. À cet égard, on peut citer les résultats de CCI Business, une plateforme dont le principal objectif est de favoriser l’accès des TPE-PME aux marchés du Grand Paris. L’offre de services « Les Digiteurs », lancée en 2016, va nous permettre, par ailleurs, de mieux accompagner les entreprises et les commerces dans leur transformation numérique.

La Chambre a poursuivi avec sa filiale Viparis la modernisation de ses infrastructures de congrès et salons. Cette évolution de notre parc – illustrée par l’ouverture prochaine, Porte de Versailles, du plus grand centre de congrès d’Europe dans la capitale – est aujourd’hui indispensable si nous voulons faire jeu égal, dans ce domaine, avec les principales métropoles mondiales.

Nous avons multiplié les initiatives pour favoriser le développement de la compétitivité des entreprises de notre territoire.

Étienne GUYOT Directeur général de la CCI Paris Île-de-France

La CCI Paris Île-de-France a réformé également son organisation pour faire face à la diminution de ses ressources.

En l’espace de trois ans, la CCI Paris Île-de-France a été privée de près de 300 M€ de ressources fiscales nécessaires au bon fonctionnement de nos missions tant auprès des entreprises que des jeunes de nos écoles.

Pour faire face à cette situation, nous avons diminué de manière substantielle notre masse salariale, réduit nos investissements et nos charges de fonctionnement. L’ensemble de ces mesures a entraîné, en particulier, la suppression de près de 1 000 postes budgétaires et l’arrêt de plusieurs activités de service.

Le projet de loi de Finance pour 2017 qui prévoyait une baisse supplémentaire de la taxe affectée aux CCI (60 M€ dont 14 M€ pour la CCI Paris Île-de-France) mettait à nouveau en péril notre équilibre financier et nous aurait conduit à interrompre d’autres activités, en particulier dans le domaine de la formation. L’intense campagne menée par nos élus et collaborateurs, relayée par la presse et sur les réseaux sociaux, a trouvé un écho favorable au Parlement qui a soutenu notre démarche. Nous remercions tout particulièrement les parlementaires qui se sont mobilisés à cette occasion.

Dans le même temps, la CCI Paris Île-de-France a su réaffirmer son rôle clé au plan régional. Les conventions signées en 2016 avec la Préfecture de Région ; la Ville de Paris et plus récemment avec la Région en sont une parfaite illustration. Elles témoignent de la confiance de nos différents partenaires envers notre savoir-faire et nos actions.

Quelles seront les principales priorités de la mandature ?

La croissance, l’investissement et l’emploi sont bien entendu le premier combat de cette mandature.

La formation et l’insertion professionnelle des jeunes constituent un enjeu majeur pour la Chambre. Conformément à nos engagements avec la Région, nous allons renforcer le développement de l’apprentissage et investir dans nos écoles. L’optimisation de l’offre de formation par filière va également se poursuivre de même que le processus d’autonomisation des Grandes écoles.

De l’aide aux start-up jusqu’à l’accompagnement des cédants, nous devons également tout faire pour soutenir, développer et pérenniser l’activité économique sur nos territoires. Cette démarche passe naturellement par la mise en place d’une offre de services mieux ciblée mais aussi par le développement de nouvelles synergies entre la CCI et ses partenaires régionaux et territoriaux. C’est ce jeu collectif, cette stratégie d’alliance et de complémentarité qui nous permettra véritablement de démultiplier plus efficacement notre action sur le territoire.

Les CCI sont des acteurs importants pour la mise en œuvre des politiques publiques tant au plan national, régional ou local. Profondément ancrées sur leur territoire, elles sont aussi les mieux placées pour dynamiser l’activité économique, faciliter l’adaptation des entreprises à de nouveaux enjeux technologiques ou réglementaires ou leur permettre de relever des défis comme celui du Grand Paris. En 2017, nous poursuivrons ce challenge, nous continuerons aussi à nous transformer et à nous moderniser pour mieux servir les jeunes, les entreprises et nos territoires.